« Comment réussir à arrêter de fumer et SURTOUT : comment ne jamais reprendre la cigarette? ».

 

Cette question est intéressante, mais… la VRAIE question à laquelle tous les fumeurs devraient répondre quand ils veulent arrêter de fumer ne devrait pas être « comment ils vont tenir » mais « pourquoi ils vont réussir ».

C’est votre réponse à cette question qui mettra en évidence la bonne motivation: la vôtre!

 

La motivation est quelque chose de très personnelle.

Autrement dit, personne ne peut vous la donner.

Nombreux sont qui pensent encore que pour arrêter de fumer, il suffit d’écraser sa cigarette.

Et mettre une croix définitive à tout ce qu’elle procurait..

Alors bien sûr, ils ne veulent pas arrêter MAINTENANT.

Ils craignent de se retrouver démunis et obligés de réussir à vivre sans cigarette et ça, c’est effrayant.

 

Pour eux, arrêter de fumer, c’est n’est pas seulement ne plus avoir de plaisir.

C’est aussi ne plus rien avoir pour se protéger du stress.

Arrêter de fumer, ça veut dire compenser par la nourriture et prendre du poids.

Ca veut dire aussi se sentir perdu, parce que plus rien ne rythme la journée.

 

Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que je pense justement tout l’inverse, et que c’est pour ça que…

IL NE SUFFIT PAS D’ARRETER DE FUMER POUR EN FINIR AVEC LA CIGARETTE!!!

 

Pourquoi?

Parce que fumer ce n’est pas seulement toujours s’assurer d’avoir assez de cigarettes.

Fumer ce n’est pas seulement inspirer la fumée.

Fumer ce n’est pas seulement avoir le réflexe de tendre la main vers son paquet dans des moments de plaisir, ou difficiles.

 

Alors quand j’entends:

  • qu’il suffit d’écraser sa cigarette pour arrêter de fumer,
  • qu’il suffit de prendre de la nicotine ou un verre d’eau,
  • ou encore de faire un bon nettoyage de cerveau pour oublier qu’on a besoin de fumer,

je me dis que ce n’est pas étonnant que les méthodes d’arrêt du tabac traditionnelles soient si peu efficaces et augmentent les difficultés des personnes qui veulent arrêter de fumer.

 

Parce que, jusqu’à présent, fumer, est la seule réponse au stress.

Parce que, jusqu’à présent, fumer, est une habitude rassurante qui donne des repères et que rien n’a encore remplacés.

Parce que, jusqu’à présent, fumer, est un soutien dans les moments difficiles.

Et surtout, parce que fumer, jusqu’à présent, est la seule chose pour laquelle on se met en marche (n’y voyez-là aucune référence qui que ce soit!).

 

Alors? Que faire quand on ne sait pas pourquoi on devrait arrêter de fumer?

Et bien c’est très simple: il faut répondre à de nombreuses questions…

Et la première de ces questions est de savoir “POURQUOI vous fumez?”.

 

C’est ce que je propose de faire dans la suite de cet article.

Une fois que vous saurez pourquoi vous fumez, il vous sera plus facile de mettre en place les changements nécessaires pour répondre AUTREMENT à ce besoin que par la cigarette.

Ca vous permettra surtout de prendre immédiatement conscience que LA CIGARETTE NE PEUT PAS ETRE la réponse que vous souhaitez réellement donner à ce besoin.

Vous vous rappellerez qu’elle n’est qu’un leurre.

 

Ceci, et malgré les apparences, répondre à cette question n’est pas aussi simple que ça en a l’air.

Mais pas de panique: il existe des méthodes pour le faire!

Quand je rencontre des personnes qui aimeraient arrêter mais qui ne sont pas décidées, je leur fais faire l’exercice des “5 pourquoi”.

 

La méthode des “5 Pourquoi” (les 5 Why chez les anglo-saxons) est un outil très répandu dans la résolution de problèmes.

Elle permet de mettre en lumière la cause fondamentale d’un dysfonctionnement ou d’une problématique.

En connaissant la cause, il est alors possible de mettre en place la solution efficace, et définitive, parfaitement adaptée à la situation.

 

Comment faire?

C’est très simple!

La méthode des “5 pourquoi” permet d’identifier la racine d’un problème en posant 5 fois la question “Pourquoi?”.

Chaque réponse enlève un obstacle, une couche ou une excuse qui empêche d’accéder à la racine.

 

C’est tout bête, il faut simplement un papier et un crayon!

Et de la concentration.

Vous pouvez le faire vous aussi là, tout de suite, maintenant.

 

Je vais vous demander de répondre à la Question 1: “Pourquoi vous voulez arrêter de fumer?”.

Et vous écrivez votre réponse. Ce sera votre Réponse 1.

Et vous continuez : “Pourquoi réponse 1”.

Ce sera votre Réponse 2.

Et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous ayez votre Réponse 5.

 

Faites la même chose avec la question inverse (ou miroir ça dépend du point de vue!): “Pourquoi vous ne voulez pas arrêter de fumer?”.

Faites la même chose.

 

Vous aurez alors vos 2 motivations:

  • celle qui vous tire vers le haut et qui vous inspire,
  • celle qui vous pousse à éviter ce que vous voulez absolument éviter.

Les 2 sont indispensables pour savoir pourquoi vous arrêtez et donc vous permettre de rester sur votre ligne de conduite!

 

Si vous ne connaissez pas votre “Pourquoi” et votre “Pourquoi pas”, vous aurez beau vous essayer les patchs ou vous mettre à la cigarette électronique, vous aurez toujours une bonne raison de refumer. Parce que vous ne saurez pas pourquoi vous voulez arrêter, ni ce qui vous empêche de ne pas fumer…

 

Arrêter de fumer, sans rien faire, c’est faire comme Christophe Colomb : vouloir rejoindre les Indes avec une mauvaise carte, donc avec une mauvaise boussole. Il a essayé 3 fois et 3 fois il a cru avoir trouvé la bonne route…

Arrêter de fumer, ça s’apprend. C’est comme réapprendre à marcher sans béquille: il faut une rééducation. C’est comme apprendre à cuisiner, à jouer au golf, à faire des maths.

Ca s’apprend.

Et si on le fait mal, on se décourage.

 

Alors n’hésitez pas à vous poser ces 2 questions plusieurs fois, jusqu’à ce que vous sachiez que vos réponses sont les bonnes. Parce que ce sont les vôtres.

 

C’est une des étapes que je vous propose dans mon guide.

Pour plus d’infos, cliquez ici!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *